SÉMINAIRES

Mon, Dec 14 | Université Paris Diderot

SEMIOTIQUE & ANTHROPOLOGIE

TABLE RONDE 2 : Wolfgang Wildgen (Université de Brême | Allemagne) Pierre Bounolleau (Médecin, Neurologue – Orléans)
L'enregistrement est fermé

Heure & Lieu

Dec 14, 2020, 4:00 PM – 7:00 PM
Université Paris Diderot, 16 Rue Marguerite Duras, 75013 Paris, France

À propos

Wolfgang Wildgen

Principes d'une modélisation en sémiotique (sur les pas de René Thom)

Dans une première approche, je montre que la modélisation quasiment discrète de Platon dans son dialogue Timée est comparable à la vision archétypique dans Thom (1972 : Stabilité structurelle et morphogenèse). Platon utilise une version géométrique du théorème de classification topologique et dynamique de la théorie des catastrophes. L’ambition de Platon ou de l’école mathématique de son époque est donc parallèle à celle de René Thom. On constate dans les deux cas une ambition de simplicité exprimée par une liste finie et courte d’éléments primordiaux et d’autre part l’inévitabilité d’une dynamique du continu et de l’infini.

Dans une deuxième approche, je considère la vision d’une sémiophysique développée dans Thom  en 1988 qui a elle aussi un précédent dans la philosophie grecque, la vision biologique et ontologique d’Aristote (Thom fut appelé aussi l’Aristote redevivus). Les notions de saillance et de prégnance reprennent des intuitions biologiques et psychologiques de la première moitié du 20e siècle (par exemple : « Prägung » de Lorenz, « Umwelt » de Uexküll, théorie de la Gestalt, ). La saillance « coupe » des formes délimitées dans le continu des réactions perceptives et la prégnance constitue des formes de sens sur l’arrière fond des fonctions vitales du vivant. J’essaie de préciser la relation du couple saillance / prégnance avec la distinction chez Aristote entre les mots et la phrase (la fonction véridictionelle dans la logique moderne) et je montre qu’on a à faire avec un continu des fonctions sémantiques partant de la phonologie et trouvant un point d’arrêt dans la syntaxe/sémantique de la phrase. Le problème central est pourtant celui de la construction,  de la complexité et surtout de la stabilité des constructions. La sémiotique est à peine arrivée au niveau, où elle peut formuler et (en perspective) résoudre ce problème. Les archétypes actantiels de Thom sont un lexique de diagrammes dynamiques ayant un support dans l’espace-temps  et les constructions propositionnelles et textuelles exploitent et enrichissent cette base archétypique.

Vers la fin, plusieurs stratégies à l’intérieur du paradigme catastrophiste sont distinguées et j’essaie d’évaluer leur pertinence scientifique et philosophique.

MOTS-CLÉS: morphologies continues ou discrètes ; théorie des catastrophes; saillance / prégnance ; stratégies de modélisation

Pierre Bounolleau

De Thom à Todd. Morphogenèse des idéologies

René Thom (1923-2002) a d’abord orienté ses travaux mathématiques vers la topologie, développant plus tard, à partir des années 1960, des applications à de nombreux domaines de la connaissance, qu’il a rassemblées au sein de la théorie des

catastrophes. Il s’agit, entre autres, d’étudier comment l’évolution temporelle et spatiale d’un système complexe, quel que soit son niveau dans la hiérarchie du non-vivant ou du vivant (atome, molécule, cellule, organisme, jusqu’à la société d’individus), s’auto-organise sous l’effet de contraintes externes et internes selon un certain nombre, souvent limité, de « chemins » et de formes définis parmi l’immense champ des possibles. Certains des « accidents » ou singularités qui définissent ces

formes, ont été appelés catastrophes élémentaires.

Emmanuel Todd, né en 1951, a été formé en histoire au début des années 1970 dans le creuset transdisciplinaire de l’anthropologie et de la démographie historiques. C’est lui aussi à partir de modèles spatiaux (cartographiques) qu’il a développé dès la fin de ses études l’intuition fondatrice qui va guider l’ensemble de son œuvre : il existe partout dans le monde et à toutes les époques des corrélations statistiques récurrentes, des régularités, entre la répartition dans l’espace des systèmes familiaux (formalisés par le droit) d’une part, et des grands systèmes idéologiques (religieux, politiques, économiques, culturels) d’autre part. Ces systèmes s’organisent selon un nombre limité de configurations, de « formes » possibles, dont l’apparition et les corrélations semblent déterminées par une logique profonde, non immédiatement accessible à l’expérience. La question, encore ouverte, de la nature et des lois de fonctionnement de ces structures sous-jacentes revient en toile de fond tout au long de l’œuvre de Todd. A partir de la fin des années 1990, il s’est surtout orienté vers des modèles diffusionnistes, empruntés à la linguistique.

Il est proposé de réfléchir à la façon dont les modèles mathématiques de genèse des formes naturelles de Thom sont susceptibles d’éclairer les travaux historiques et anthropologiques de Todd, et d’ouvrir la voie à une « morphogenèse des idéologies ».

Comment Participer :

Le séminaire mensuel aura lieu de Novembre 2020 à juin 2021, le lundi une fois par mois de 16h à 19h se déroulera sur Paris, à l'UFR Institut Humanités, Sciences et Sociétés (IHSS), rattaché à l'Université de Paris – Diderot, 16 Rue Marguerite Duras, 75013 Paris Salle 888C – Bâtiment des Grands Moulins de Paris, 8e étage (à droite en sortant de l’ascenseur).

Pour toute information : interdisciplinarites.thom@fcsh.unl.pt

Pour assister et participer au séminaire ONLINE, rejoignez-nous sur le lien :

http://visio.litislab.fr/join/Seminaire_Rene_Thom

ID: inscrire votre nom

Mot de passe : renethom

La prise en main est très simple. Si besoin, visionnez la vidéo de tutoriel : https://youtu.be/MsL3hWEcxNQ

En cas de problème technique, veuillez contacter : julien.baudry@univ-lehavre.fr 

L'enregistrement est fermé

Partagez cette événement