Recevez notre newsletter

© 2017 by AFARK | Isabel Marcos 

Created with Wix.com

Bruno Pinchard

 

IRPHIL Lyon 3, Université Jean Moulin

Biographie

Bruno Pinchard est professeur de philosophie (HIstoire de la philosophie de la Renaissance et de l'Age classique) à l'Université de Lyon et doyen de la Faculté de Philosophie de Lyon III. Ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, il rencontre René Thom au moment de la rédaction de sa thèse d'Etat, La Raison dédoublée, qui essaie de réintroduire une idée de la métaphysique à partir de la duplication des structures de la raison (déjà avérée dans l'oeuvre de Giambattista Vico, comme de tout l'humanisme de la Renaissance). Il comprend aussitôt que cet autre plan d'intelligibilié qu'il cherche à mettre en valeur peut être assimilé au continu topologique de René Thom. Commence alors une collaboration avec le mathématicien qui connaîtra deux phases : une discussion des interprétations d'Aristote placées au coeur de la tentative "sémiophyique" de Thom, à l'aide des éléments fournis par la scolastique classique et ses prolongements critiques chez Malebranche et Leibniz; puis une tentative de modéliser le "dédoublement" de la raison dans l'histoire de la métaphysique, sous le nom, trouvé par René Thom, de Transcendance démembrée. René Thom rédigera une postface importante au livre, La raison dédoublée, publié en 1992. Après la disparition de son maître et ami, Bruno Pinchard continuera à développer le dialogue avec la morphologie dynamique : dans les Méditations mythologiques (2002), il montre que l'oeuvre de Dante, conçue comme forme de toutes les mythologies possibles (le Livre) peut être réécrit selon la Théorie des Catastrophes élémentaires et permet d'avance l'idée d'une "dantologie transcendantale"; dans Métaphysique de la destruction (2012), il associe une nouvelle définition de l'Aufhebung selon Hegel à la catastrophe selon Thom; dans Marx à rebours (2014), il examine les champs sociaux décrits par Marx à partir de l'idée thomienne d'un antagonisme fondamental qui vient à bifurquer sans se figer dans l'idée déterministe de révolution. Il a repris ses contributions principales sur l'oeuvre de Thom dans un ouvrage de synthèse : Ecrits sur la raison classique (2015). Il continue à publier sur Thom dans la série des ouvrages de Louis-José Lestocart portant sur l'Esthétique de la complexité. 

Ecrits autour de René Thom par Bruno Pinchard

 

Livres

1992. La Raison dédoublée, La fabbrica della mente, avec une Postface de René Thom, « La Transcendance           démembrée », Aubier, Paris, (621 p).

2002. Méditations mythologiques, Paris, « Les Empêcheurs de penser en rond », Le Seuil, Paris.

2012. Métaphysique de la destruction, Peeters, Louvain-Paris.

2014. Marx à rebours, Kimé, Paris.

2015. Ecrits sur la raison classique, Kimé, Paris.

 

Articles

1988. «Un débat avec René Thom», in René Thom, Esquisse d’une Sémiophysique, Paris, InterEditions, 1988. «Esquisse d’une Sémiophysique. Théorie des catastrophes et physique aristotélicienne», in                             Encyclopaedia universalis, Actualia.

 

1991. «René Thom : Apologie du Logos», in Société des Amis de l’Ecole Normale Supérieure, n° 184.

1991. «Métaphysique des formes, pour une culture aristotélicienne», in Penser avec Aristote, Unesco, Erès.

1991. «Le principe d’individuation dans la tradition aristotélicienne», in Le problème de l’individuation,                   Paris, Vrin.

1992. «Leibniz-Thom, esquisse d’un rapprochement : Analysis situs, Sémiophysique et Meilleur des                         mondes», Studia leibnitiana, n°21, Stuttgart.

1994. «Un frisson nouveau ? Thom à rebours de Malebranche et de Leibniz», in Passion des formes, à René             Thom, éd. par Michèle Porte, ENS Editions.

1997. «L’occasionnalisme généralisé ou la déception de la force», in Métaphysique de l’esprit, sous la                     direction de Pierre Magnard, Paris, Vrin.

1999. «La critique cartésienne des Formes substantielles et la fin du monde archaïque», in L’infini entre                    science et religion au XVIIè siècle, édité par Jean-Marie Lardic, Paris, Vrin.

 2016. Clément Morier et Bruno Pinchard, « René Thom et la réhabilitation des formes substantielles », in                Philosophica, Thinking Nature Today, Pensar a natureza hoje, Lisboa, 47, 2016 

+INFO

  • Black Facebook Icon
  • Black YouTube Icon
  • Black Instagram Icon